Formation
  Formation . Partage de bonnes pratiques . 2015, 11 Novembre .

Former des professionnels de l’éducation : une proposition de contenu.

Je partage ici une formation que j’ai pris l’habitude de donner depuis maintenant deux ans. J’espère que cela contribuera au passage à l’échelle de nos actions pour inciter à l’apprentissage des sciences du numérique et du code auprès d’un jeune public.

Ces slides, et le texte qui va avec, sont souvent des reprises/adaptations de contenus existants (les vidéos des « grains » qu’on trouve sur Pixees, les interventions de collègues du réseau de médiation, les activités débranchées, etc.). Je crois que c’est vraiment utile de regarder faire les autres pour se dire « tiens, j’aime bien cette façon de faire » ou même carrément « Tiens, ça je l’aurais pas du tout fait comme ça ! ». Dans tous les cas, je pense que ça fait avancer… C’est dans cet esprit que je partage ce contenu. Pour permettre de voir une façon de faire et que, peut-être, d’autres se disent qu’ils pourraient le reprendre, le modifier ou bien carrément ne pas faire comme ça (et tant mieux si c’est le cas ! J’espère voir passer les nouveaux contenus qui en seront issus un jour \o/ ).

D’ailleurs, vous reconnaîtrez bien vite les sources qui m’ont inspiré (et même que j’ai parfois directement repris) dans ces supports. Il y a des activités débranchées, de l’histoire de l’informatique, du computer science unplugged, des supports qui ont bien marché en ligne (et en live…). Bref, c’est une formation avec des vrais morceaux de la communauté de médiation dedans ! !

J’ai assemblé une première version de ces contenus à l’occasion de « Graines de Sciences » une école d’automne organisée par la fondation « La main à la pâte« . Cette action s’adresse principalement à des enseignants du primaire et l’objectif était de leur proposer une formation de trois heures sur les sciences du numérique. Depuis, je l’ai fait évoluer et je l’utilise régulièrement pour former des enseignants, mais aussi des animateurs de structures d’éducation populaire comme les médiathèques ou les Petits Débrouillards.

De manière générale, l’idée d’alterner des activités débranchées avec des phases plus « classiques » (au sens « je parle au groupe avec des slides ») me semble appréciée par les participants car elle permet de mobiliser l’attention à intervalles réguliers et de relancer la dynamique. Ça s’approche de ce que les Petits Débrouillards en Languedoc-Roussillon appellent des « AAA » (Activité Anti-Assoupissement). J’essaie d’avoir assez de matériel pour que deux ou trois groupes puissent faire ces activités en parallèle. En général, sur un groupe de 12 participants, c’est suffisant pour eux de faire ces activités par groupes de 4 à 6 (en se passant le relais de temps en temps).

La progression de ce contenu me semble assez intuitive, mais peut largement être remise en cause. Il s’agit d’alterner des éléments d’histoire (en se concentrant sur les idées et les motivations, plutôt que sur les faits), des activités débranchées et des explications scientifiques. Pour la partie « histoire », les personnages (et surtout leurs idées) sont présentés de manière chronologique. Pour les explications scientifiques, j’essaie de garder un contenu ludique (par exemple le jeu consistant à trouver son prénom dans une liste permet de parler de dichotomie) et le tout est rangé dans un ordre de difficulté qui me semble croissant. Enfin, il y a une première partie informatique et une deuxième partie mathématiques (beaucoup plus courte, car ce n’est pas mon domaine).

En présentant les personnages historiques, je veille à ne pas trop les « stariser ». Ce qui me parait important c’est de montrer leurs idées et leur motivation, mais aussi qu’ils ont pu s’inspirer des travaux précédents. Par exemple, Jacquard a assemblé dans son métier à tisser des techniques qui lui pré-existaient. Il en est de même pour Gutenberg. Ce sont des personnages majeurs, mais les découvertes qui leur sont souvent associées sont le fruit d’un long travail, parfois de plusieurs vies.

Un dernier point : j’ai souvent constaté des prises de notes pendant cette formation. Je préfère donc mettre à l’aise les participants : les slides leur sont systématiquement distribués et ils peuvent trouver toutes les ressources nécessaires pour revoir un point particulier sur Pixees. Je leur explique donc qu’ils peuvent prendre des notes si ça les rassure ou pour toute autre bonne raison, mais que tout est très accessible sur Pixees.

Florent Masseglia.

Chapitre 1 : introduction (et surtout, présentationS).

Télécharger les slides

Chapitre 2 : dans le bain, avec le jeu de Nim.

Télécharger le slide

Chapitre 3 : trouvez votre prénom dans la liste (et parlons de dichotomie).

Télécharger les slides

Chapitre 4 : la psychorigidité de ce célèbre crêpier.

Télécharger le slide

Chapitre 5 : Histoire, et même carrément pré-histoire.

Télécharger les slides

 Chapitre 6 : la presse d’imprimerie et son caractère mobile.

Télécharger les slides

 Chapitre 7 : l’informatique c’est pas magique mais…

Télécharger le slide

 Chapitre 8 : l’informatique, ça ne sert pas que à compter.

Télécharger les slides

 Chapitre 9 : Ada et la machine analytique de Babbage

Télécharger les slides

 Chapitre 10 : le plus court chemin 1/2 (activité débranchée)

Télécharger le slide

 Chapitre 11 : le plus court chemin 2/2 (éléments algorithmiques)

Télécharger les slides

Chapitre 12 : on fait le tri !

Télécharger le slide

Chapitre 13 : Alan, Enigma et la machine universelle

Télécharger les slides

 Chapitre 14 : Grace Hopper

Télécharger les slides

Chapitre 15 : le chiffrement asymétrique ? Même pas peur !

Télécharger le slide

 Chapitre 16 Slide 4  Chapitre 16 : Des milliards de bouteilles (numériques) à la mer…

Télécharger les slides

Télécharger l’ensemble des slides dans un seul fichier de présentation.

Be Sociable, Share!
Dernière modification : février 2017.
Be Sociable, Share!
show post QRcode

Vous pourriez aussi être intéressé-e-s par :
…/…