SE CONNECTER
FUN - Se former pour l’ICN Informatique et Création Numérique
Formation SNT | C : Créer des projets pour l’ICN | Découvrir | Informatics and Digital Creation

Mais… que peut-on appeler création artistique ?

Oh très simplement quelque chose de :

1/ singulier, original donc, résultat d’une création, par opposition à une production usuelle ou reproduction ;

2/ esthétique, s’adressant délibérément aux sens (vision, audition), à nos émotions, notre intuition et notre intellect (nous faire rêver, partager un message), par opposition à une production utilitaire;

C’est surtout une interaction entre créateur et destinataire de l’œuvre. Par ailleurs l’art, par son caractère innovant, donc anti-conformiste est très souvent en décalage avec le « bon goût » d’une époque comme en témoigne la Fontaine de Marcel Duchamp  ou Claude Monet (qui fut à la base de changements majeurs de l’art moderne, bien que tout au long de sa vie moqué et rejeté par l’élite artistique).


Crédits photo : The Monster Engine
Qui est l’artiste ?

L’artiste américain Dave DeVries redessine en étoffant des crayonnages d’enfants. Qui est l’artiste alors ? L’enfant ? L’adulte ? Les deux ?
L’imagination infantile se met ici au service de l’art, et on distingue facilement un tableau de maître et un dessin d’enfant de maternelle, et pourtant… n’est ce pas une œuvre singulière et qui s’adresse de tout son cœur à nos sens, émotion et esprit ?

Faire à manger ce n’est pas de l’art (mais c’est vital :)), tandis que créer une nouvelle recette ou présenter un mets de manière originale le devient.

Et quel est le rapport avec le numérique ?

Immense : tout peut être bouleversé !

Multimodalité : il y a un décloisonnement des arts classiques.
– Au sein d’un même spectacle, le théâtre se mêle à la danse et au cirque, la musique jouée à des bandes son préenregistrées ou générées par ordinateur, le réel au virtuel.
– Au sein d’un même objet numérique artistique, on peut mélanger des images, dessins, animations, vidéos, sons de la vie quotidienne, musique.

Générativité : dès que la création utilise un algorithme, l’œuvre se génère par elle-même, de manière déterminée à l’avance ou pas, on ne crée plus « une » œuvre, mais un objet qui va se réaliser selon les circonstances ou le hasard. Une partition de musique n’est finalement qu’une séquence d’instruction (les notes à jouer), avec quelques boucles (les refrains des chansons). La musique peut maintenant devenir conditionnelle, se réaliser d’une façon ou d’une autre avec des variables.

Interactivité : cela offre une forme d’art dynamique qui réagit à son public, à son environnement, avant l’interaction du spectateur est surtout un événement mental individuel, alors que l’art interactif permet différents types de navigation, d’assemblage, ou de participation à l’œuvre d’art : température ou mouvement du public, par exemple, peuvent conduire à faire fonctionner la création autrement. Très souvent cela engendre un aspect ludique: on joue avec l’œuvre d’art.

Collectivité : à ce niveau de complexité une création artistique ne peut plus être le travail d’une seule personne; comme pour un film, un jeu vidéo ou la construction d’un monument, pour arriver à un résultat ambitieux, il faut travailler en équipe.

Une danseuse virtuelle pour un concert distribué : La danseuse, Andrea Just, danse entourée de caméras, sur la musique d’un concert distribué entre quatre villes d’Europe: une prestation artistique inédite, le 7 novembre 2013, que seul permet le numérique. C’est un spectacle multi-modal, en réalité augmentée (personnes et objets réels dans une scène virtuelle), et c’est aussi un message fort sur la collaboration européenne.

Se mettre en équipe (collectivité) pour créer un objet numérique qui soit une œuvre d’art visuelle et sonore (multi-modale) avec des algorithmes (générativité) et des interactions avec l’utilisateur (interactivité), voilà ce que pourrait être un bien joli projet d’informatique et création numérique.

MOOC sur l’Informatique et la Création Numérique