Ressource
  2019, 05 Mai . Actualités à la une . Culture Générale . Parents . Éducateurs . Professeurs des écoles . Professeurs du secondaire . .

Esprit critique : les outils de la zététique (l’art du doute)

A l’initiative de l‘Association des professeurs documentalistes de l’éducation nationale (APDEN) une rencontre sur le thème de l’esprit critique a été organisée à Nice. Elle était animée par Henri Broch, Monsieur « Zététique« . Pixees en la personne de Thibaut Ehlinger était présent. Petit digest….
Henri Broch a toujours été fasciné par les illusionnistes et les prestidigitateurs.
C’est lorsqu’il a découvert que plus de la moitié des ses étudiants pensaient que l’astrologie était une discipline scientifique qu’il a pris conscience de la gravité de la situation.
Il a alors choisi d’utiliser les pseudosciences elles-mêmes (l’astrologie, l’homéopathie, le magnétisme…) comme moyen d’initier le grand public à la rigueur de pensée et à la méthodologie scientifique.
La conférence portait sur les « facettes » de l’esprit critique : il s’agit d’un ensemble de règles dont les chercheurs se servent naturellement mais qui n’est pas si évident pour le grand public, par exemple :
  • une affirmation extra ordinaire nécessite des preuves extra ordinaires,
  • l’inexistence de preuves n’est pas la preuve de l’inexistence, etc
D’après Henri Broch, il faudrait enseigner ces facettes dès l’âge de 8 ans, car elles sont indispensables au quotidien et à chacun.

« Le paranormal n’est qu’un prétexte, mais l’esprit critique peut-être utilisé pour évaluer la qualité de toute information. »

Néanmoins, Henri Broch semble pessimiste : d’après lui, la confiance en les pseudosciences n’a jamais diminué depuis qu’il a commencé ses recherche, malgré la diffusion des connaissances.
« Même chez les chercheurs », dit-il, « la discipline a changé. L’obligation de publier pousse les membres de notre profession a faire preuve parfois de malhonnêteté intellectuelle. »
Pour finir une petite anecdote :
En 1987, il a lancé un défi qui offrait 200 000€ à quiconque pouvait user de facultés paranormales sous contrôle scientifique. 264 personnes (des « chercheurs de sources », des psycho-kynésistes, des médiums…) ont candidaté à cette épreuve, mais aucune n’a remporté le défi.
« La plupart des candidats pensaient sincèrement avoir un pouvoir paranormal », explique Henri Broch, « c’est juste qu’ils n’avaient jamais pensé à mettre en place de simples tests scientifiques pour contrôler leurs pouvoirs. »
Pour aller plus loin :
Le 27 janvier 1989, le quotidien Nice Matin ouvrait en présence d’un huissier une lettre contenant les numéros gagnants du loto du jour-même. Elle avait été postée trois jours plus tôt par un soi-disant médium.
Ce médium n’était autre qu’Henri Broch ancien professeur émérite en physique à l’université de Nice aujourd’hui retraité.
Il voulait simplement montrer que, même un huissier de justice, pouvait croire en des phénomènes paranormaux.
  • Esprit scientifique, Esprit critique avec La MAP : l’article Pixees
Dernière modification : mai 2019.
show post QRcode

Vous pourriez aussi être intéressé-e-s par :
…/…